FAQ #3 – Selon Matthieu 10.28, notre âme est elle mortelle?

FAQ #3 – Selon Matthieu 10.28, notre âme est elle mortelle?

Aujourd’hui nous répondons à la question de Daniel:

« Dans le livre de Matthieu au chapitre 10 v 28, c’est le Seigneur JÉSUS-CHRIST lui-même qui parle : ” Ne craignez pas ceux qui tuent le corps mais qui ne peuvent pas tuer l’âme ; craignez plutôt DIEU qui peut faire périr à la fois le corps et l’âme dans l’enfer.” (version Français courant).  Est-ce que l’âme comme le corps est mortelle ?

NOTRE ÂME EST ELLE MORTELLE?

Tout d’abord merci Daniel pour cette excellente question! 

Nous n’avons aucun mal à dire que nos corps sont mortels. Chaque jour nous sommes confrontés à cette réalité qui nous atteint tous. La mort physique fait partie du processus de la vie que nous connaissons. C’est d’ailleurs parce que nous en sommes pleinement conscients que depuis longtemps l’homme cherche des moyens de rallonger la vie en luttant contre tout ce qui pourrait la provoquer prématurément ou non. 

Mais la question posée ici est relative à notre âme, Est elle mortelle comme notre corps?Avant de voir plus en détails notre passage de Matthieu 10.28, j’aimerai prendre quelques instants pour regarder au commencement de toutes choses: La Genèse. 

Dans la Genèse, il nous est dit au chapitre 2.7 «  L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint une âme vivante. »  Dieu insuffla en l’homme son souffle de vie, et il devint une âme vivante ( 1 corinthiens 15.45) 

Ensuite il est écrit au v17 « mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras certainement. » La question est celle ci: Lorsqu’Adam et Eve ont mangé de l’arbre défendu, sont ils morts selon les principes de la mort corporelle ? Si ce n’est pas le cas, de quelle mort Dieu alors parle t il lorsqu’ils les met en garde? 

Lorsqu’ils mangèrent du fruit il est écrit  que leurs yeux se sont ouverts, puis quelque chose avait changé non pas seulement dans leur relation mutuelle mais aussi et surtout vis à vis de leur relation avec Dieu. Il est écrit au v 8 du chapitre 3 «  Alors ils entendirent la voix de l’Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. » 

Ici cette mort dont il est question est clairement une séparation, une rupture de la communion avec Dieu. Leur honte, leur culpabilité et le péché consommé les ont séparés de la présence et de la communion d’avec leur créateur. La finalité après les nombreuses conséquences du péché dans leur vie quotidienne est qu’ils furent chassés du Jardin où résidait la présence de Dieu et son accès fut gardé par des anges. Leur relation avec Dieu n’a plus jamais été la même. 

Revenons maintenant à notre texte de Matthieu 10.28. Jésus commence par parler de ceux qui font mourir le corps, ces gens là ne sont pas digne d’être craint car ils ne font qu’accélérer un processus naturel qui de toute manière nous atteindra tous. Ces gens là n’ont aucun pouvoir sur l’âme car elle est d’une autre nature que celle du corps. Elle est spirituelle, et issue de Dieu. Jésus continue son argumentaire en amenant ses auditeurs à avoir crainte de celui qui a un pouvoir sur ce qui est éternel. Ce qui est étonnant c’est que Jésus ne va pas citer seulement l’âme mais il cite à nouveau le corps comme un ensemble indissoluble. 

Si le corps est déjà mort une fois, (Hébreux 9.27), comment peut il mourir à nouveau? Je voudrais pousser mon questionnement plus loin: Pourquoi Dieu se donnerait il la peine de ressusciter les corps de tous si c’est pour le détruire à nouveau selon les mêmes termes? (C’est à dire, la mort selon les termes d’une mort physique). 

Voici ce que nous dit Apocalypse 20.11-15 « Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s’enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux. Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres. La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux; et chacun fut jugé selon ses œuvres. Puis la mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu.

C’est la seconde mort, l’étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu. » IL est ici question du jugement dernier. Il viendra un temps où tous se présenteront devant Dieu, y compris ceux qui sont déjà passés par la première mort (la mort physique) afin d’y être jugés. Il est écrit que ceux dont le nom ne sera pas dans le livre de vie connaitront alors la seconde mort. Il seront jetés dans l’étang de feu. Cette seconde mort est différente de la première, il s’agit de la même mort qu’ont connu Adam et Eve au moment du péché: une séparation d’avec Dieu source de la vie éternelle. 

Lorsque Jésus parle de la mort du corps et de l’âme, il fait donc référence à cette seconde mort.  Puisque la source de Vie c’est Dieu, le fait d’être séparé de Lui définitivement revient à parler d’une mort spirituelle de tout notre être. 

Si notre âme pouvait mourir comme notre corps c’est à dire disparaitre, retourner d’où elle vient comme le corps retourne à la poussière, alors Jésus ne pourrait pas dire ceci en Matthieu 13.42 « ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. » Le jugement et la punition du péché ne sont pas la destruction définitive de notre être mais plutôt la séparation définitive d’avec Dieu, nous amenant à assumer la réalité de nos choix. 

La bonne nouvelle c’est qu’il n’est pas trop tard! La grâce de Dieu est encore accessible librement aujourd’hui! Si aujourd’hui vous n’avez pas l’assurance d’avoir fait la paix avec Dieu, alors il suffit sans tarder d’accepter par la foi que Jésus Christ est mort à votre place sur La Croix pour payer votre dette, celle de votre péché qui vous rend coupable devant Dieu. Mais parce qu’il vous aime, il refuse que vous alliez passer l’éternité loin de Lui. Il vous donne maintenant l’occasion de vous réconcilier avec Lui par Jésus Christ.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *